Arnaud Bachelin

J’ai rencontré cette semaine un homme exquis, raffiné et chaleureux. Arnaud Bachelin est archéologue de formation, expert en thé et surtout un merveilleux conteur. Sa maison de thé, située au coeur de Saint Germain des Prés, à Paris, est minuscule. Une bibliothèque, de thés, monumentale cohabite à merveille avec les tissus à carreaux, « so british ». Cela fait un bien fou, de s’arrêter pour déguster un gâteau (Il y a aussi une soupe différente chaque jour) et d’apprécier un thé servi selon la tradition.
Je laisse la parole à Arnaud qui très gentiment a accepté de partager quelques anecdotes. Voici donc deux petites histoires concernant le thé et Thé-ritoires.
Le Russian Caravan :
Dès les premiers jours de l’automne, j’ai besoin de savoir que quelque part sur mes étagères trône une boîte bien pleine de Russian Caravan. Avec ses notes réconfortantes et chaleureuses ce thé me permet de faire face à l’hiver approchant. C’est un peu comme retrouver dans ma tasse de thé, le réconfort d’un feu de cheminée, pareil à ceux de la maison familiale dans laquelle j’ai grandi dans le Morvan. Très populaire en Russie, ce Thé est une invention hasardeuse. Devenu une boisson populaire dans la vieille Russie, juste derrière la vodka, ce thé n’avait pas grand chose de Russe sinon la destination finale du voyage de la caravane, à dos de camélidé, au départ du Yunnan et à destination de Moscou. La particularité de ce thé tient au fait de son parfum très fumé provoqué par les feux de camps de la caravane. Caravane qui avait été mise en place à la toute fin du 17ème siècle. Le thé absorbant toutes les odeurs ambiantes, absorbait les fumées des différents feux de camp des haltes. Ces haltes ayant lieu dans des régions différentes les bois utilisés étaient eux aussi différents, créant ainsi un véritable « blend » de parfums de fumages. Le développement du transibérien mis fin à cette tradition et cette caravane.
Aujourd’hui ce thé est réalisé dans la plus pure tradition empruntant le procédé originel et fumant ainsi les feuilles de thé avec des essences de bois différentes.

bibliothèque de boites de thés

salon de thé Thé-Ritoires

table en bois décorée de fleurs peintes

tableau portrait homme

strudel

galette de thé

sceau sous théière

mains mettant une pincée de thé

Le Tai Ping Hou Kui
La première fois que j’ai entendu parlé de ce jardin, c’était au cours de ma première lecture des carnets de Robert Fortune. Ce botaniste écossais vécu des aventures fantastiques dans la chine du XIX°siècle, où il parti à la recherche des secrets de fabrication du thé au péril de sa vie. Robert Fortune décrivait des singes qui imitaient les hommes afin de faire la récolte des feuilles de Camelia Sinensis. Quelques années plus tard au cours d’un voyage en Asie je découvrait les fameuses feuilles du Tai Ping Hou Kui. Je fut impressionné, d’abord par la taille des dites feuilles, mais ensuite par la façonnage si particulier. Les feuilles sont plates, longues et pressées dans des cadres laissant des impressions textiles sur la surface des feuilles. J’entrepris très vite de les importer afin de les faire découvrir au plus grand nombre. Les producteurs de ce jardin me racontèrent la légende de jardin. Celle d’une famille de singes blancs qui vivaient dans cette crique de l’Anhui. Par un jour de grand soleil, le petit de la famille singe décida de partir à la découverte des alentours. Le brume se levant à la fin de la journée, le père de famille, par peur que le petit ne se perde, dans la brume épaisse, parti à sa recherche. Il ne le retrouva pas et tomba mort de fatigue au fond de la fosse aux singes. Un pêcheur qui passait dans les parages vit le corps inerte du grand singe blanc, animal sacré dans la chine ancienne. Par respect il décida de lui rendre hommage en lui creusant une sépulture. Avant de quitter les lieux il déposa dans la terre, sur la sépulture, une branche de théier. En se retournant prêt à partir il entendit une voix qui lui dit : « tu seras remercié pour cela ». Quelques années plus tard le pêcheur repassa dans les parages, il découvrit que des centaines de théiers avaient poussés dans la crique. Alors il entendit de nouveau cette voix qui disait : « te voilà remercié, cueille en le fruit ». C’est toute cette magie et cette poésie que je trouve bien souvent aussi charmante et stimulante que le thé lui même.

théière ébouillantée

préparation du thé

théière

peinture d'une maison

petites tasses à thé

théière en verre

feuilles de thé

service du thé

préparation du thé avec passoires

gâteau marbré dans assiette bleue

scones

financiers

bonbons de thé compressés puerh

bonbon de thé puerh

brioches à tête

canapé salon de thé

dégustation du thé

boite à thé de voyage

ancienne boite à thé Chine et Russie

Share